Depuis quelques jours, notre syndicat subit les attaques répétés d'un croupuscule d'extrème-bas qui a pour nom de code "les JFNMPP" (soi-disant, les joyeux flemmards de la note qui en ont marre de la pression populaire).

Cette indépendance, c'est par la lutte qu'elle a été conquise. Mes frères, mes soeurs, préparons une nouvelle lutte, une lutte sublime.

Au nom du SCFCEBFN (Syndicat contre les flemmards qui cherchent des excuses bidons pour pas faire de notes), je me prononce aujourd'hui pour témoigner notre haine vis-à-vis de ces "joyeux fanfarons de la note qui méritent punitions et piquet", comme nous aimons les appeler entre nous. Si vous ajouter à cela le bruit et l'odeur, le bloggeur français, sur le palier, il devient fou.

"Prostitués de la note", "pute de u-blog", voilà comment ils nous traitent. Ils méritent notre haine, et j'espère que vous tous, vous comprennez de quoi je veux parler. On ne doit pas se laisser écraser par ces fanatiques, qui ne nous respectent pas, et qui ne nous respectera jamais. Ils veulent notre sang, ils veulent nos tripes. Exterminons les.