Comment peut-on sérieusement se concentrer pour écrire une note convenable quand on a dans les oreilles cette belle mélodie qu'est la vie chez moi. Mon petit frère, mauvais joueur et raleur, tente avec difficultés de terminer Wario ware... La concentration nécéssitée pour terminer ce jeu étant plutot difficile à garder, le voici qui s'énerve, vociférant véhémences et blasphèmes sur ce loisir vidéoludique. Arrive clopin clopant mon père alerté par ces terribles cris d'une vache énervée. Terribles pas dans l'escalier. On entent retentir une à une les marches, tels un compte à rebours avant un terrible évenement. Arriva ce qui devait arriver, les cris de la vache battue remplacent alors ceux de la vache énervée. Pleurs. Cris. Claquement de porte. Fermeture de serrure. Voilà le petit frère enfermé volontairement dans sa chambre, prêt à tout cassé, hurlant diverses insultes. Ces redondances de cris entrainèrent alors l'autre frère, sortant sa tête de sa chambre pour quelques menaces violentes envers le pauvre martyr.

Tout ça pour dire que l'inspiration vient rapidement quand on a un petit frère raleur, ainsi qu'un père et un deuxième frère énervé.