Et oui, c'est dimanche, vous n'y échaperez pas, c'est le retour de ma chronique littéraire !

Encore aujourd'hui, un très bon bouquin, qui mérite vraiment que l'on sy intéresse. Sept épisodes, coupés en 120 chapitres, le tout sur 880 pages. Mis en page par Karine Benoît grace à la loi n°49-956 du 16 jullet 1949, on a entre les mains un bon pavé d'une épaisseur de 6 cm imprimé en France par Firmin-Dibot. Je n'ai pas de balance sous les mains, je ne peut donc pas vous témoigner de la masse effective du roman, mais c'est tout de même un bon poids. Au niveau des pages, on est en présence d'un bon 24 × 15 cm. Cela fait donc un livre de 2160 cm³.

Bon, parlons un petit peu plus de ce qui est écrit dans ce livre, je vois que vous semblez y être interessé. Après une rapide lecture, j'ai trouvé la lecture plutôt aisé. La police d'écriture choisie est, certe un peu petite (dans les 10 ou 12, ce qui donne 40 lignes par pages) et doit s'approcher du Time New Roman, mais la lecture est facilité par les numéros de pages au milieu du pied de chaque pages, ainsi que par les noms des chapitres en haut de chaque page.

Et le livre en lui-même me direz-vous ? Et bien, c'est du papier recyclé, ce qui fait que c'est un peu plus écologique qu'un papier non recyclé. La couverture est bien réalisé, et la colle est plutôt de bonne qualité.

Bref, dans l'ensemble, c'est un roman de bonne qualité tant par le fond (écriture noire sur pages blanche) que par la forme (un pavé droit), que je conseille à tous