Cela faisait 7 jours que cela n'était pas arrivé, et on ne l'a pas vu venir : c'est dimanche ! Qui dit dimanche dit chronique littéraire. Je dois vous l'avouer, je suis un peu fatigué, donc j'ai demandé à Henri, un ami, de faire cette à ma place. Il va nous parler de Vie et mort de l'image, de Régis Debray (Enfin, je crois que c'est de ça qu'il parle).

J'ai un beau livre d'images : aventures à chaque pages, aventures à chaque étages, avec tout plein de méchants et de gentils. Paraît que c'est pour les enfants, mais c'est mon papa qui l'a prit. J'ai beau le secouer, j'ai beau me fâcher, lui dire que c'est le mien. Il est là sur ses genoux, il s'amuse comme un fou et moi, j'suis pas content du tout.
Comme je ne sais plus que faire, j'ai trouvé traînant par terre un livre plein de dames déshabillées. Ça n'est pas que ça m'accroche, je les trouve plutôt cloches, et comme c'est pas pour les enfants, et ben, c'est moi qui le lirai. Il peut me secouer, il peut se fâcher, me dire que c'est pas bien... Il est là sur mes genoux, je m'amuse comme un fou et lui n'est pas content du tout !

Ah, sacré Henri ! Et en plus, il a fait une chanson de cette anecdote littéraire !

(Retrouvez toutes les chroniques littéraires par ici)