Dimanche... Ce jour résonne à l'oreille comme un jour de profond ennui, de vidéo gag, de Michel Drucker pour certain. Heureusement, dimanche signifie aussi Chronique littéraire. Mais comme un dimanche doit être triste, voici aujourd'hui ma toute dernière chronique littéraire du dimanche, parce que j'ai vraiment plus d'inspiration pour ça...

Monsieur Heureux rentre chez lui, s'assoit... CRAC !, la chasie était piégée !
Monsieur Glouton reçoit un colis : un gâteau ! Il le goûte... beurk, un gâteau à la boue, au coton et au dentifrice !
Qui est derrière tout ça ? Monsieur farceur !

Cette histoire de Monsieur Farceur peut sembler un peu bête, voire niaise. Normal, disent certain, c'est fait pour les enfant... Vous prenez vraiment Roger Hargreaves pour un simple raconteur d'histoire pour les enfants ? C'est bien mal connaître l'auteur !

Cette histoire de Monsieur Farceur est bien évidemment un pamphlet du gouvernement actuel, incarné par monsieur Farceur. Tout à tour, mr Farceur est désigné par "Un petit bonhomme à l'air malicieux" (renvoyant à N. Sarkozy) ou "il riait comme un bossu" (J-P Raffarin). Hargreaves montre dans ce pamphlet à quel point le gouvernement détruit la vie de ses concitoyent, en sabotant leur chaise (comme les contrats de travail avec le CPE) ou en offrant de faux gateau (symbole des fausses promesses électorales). La phrase de Mr Farceur "C'est farce de faire des farces" montre bien à quel point le gouvernement se moque de nous.

Hargreaves termine son pamphlet par un appel à la vengeance lors des prochaines élections, en imaginant quelles seraient les conséquences, grace à la métaphore des draps à la confiture qui piègent mr Farceur.