Pierre, galant jouvenceau, fils métissé d'un Koweitien et d'une Zimbabweenne, charmait les yeux inquiets d'Arantius. L'éphèbe revenait en effet d'un séjour dans les kolkhozes de l'ex-Yougoslavie qui l'avait amené à rencontrer Willy, le célèbre cétacé. Un whiskey au bar "Chez Marcel" avec l'orque avait lié les deux protagonistes, la soirée s'était terminée par une joyeuse fête dans la boîte du coin (le genre de boîte afro-jazzy-techno aux backrooms coquines et aux WC puant les relents de vomis). L'histoire n'explique pas bien la fin de toute cette intrigue, mais pour Arantius Dyo¨s, Pierre Papier-Ciseau reste à la jeunesse ce que la cuisine au wok est à la gastronomie : un vieil idéal perdu de magazine.

"Pourquoi ai-je donc écrit ces lignes ?" et "pourquoi ce titre si funky ?", deux questions qui trouveront peut-être une réponse chez Badibuh, épisode IV, ou en tapant "=rand(100,1)" sur Word, de Microsoft...
Pfiou... J'ai connu des notes écrites plus rapidement...