Le week-end, appelé également fin de semaine, est une petite aire de détente après une dure semaine de travail. Mais c'est aussi le moment de vivre des aventures hors du commun. Moi par exemple...

C'est samedi (en vrai, aujourd'hui, c'est dimanche, mais c'est une histoire qui s'est déroulée hier, et j'emploie le présent pour que l'histoire soit plus rebondissante), aux alentours de 14h00 (en fait, je devrais dire 5h83, mais je parle encore avec l'ancienne heure pour faciliter la compréhension). En ce début d'après-midi, j'ai prévu des activités enrichissantes pour l'esprit, comme parler sur MSN, voguer de blogs en blogs et écouter un peu de musique (enrichissant, c'est peut-être pas le bon mot, mais je n'avais que celui-là (J'avais aussi "betterave", mais dans le contexte, il aurait été de trop)). J'ai même pris une poignée de bonbons (restant depuis Halloween, puisque personne n'est venu, on s'est retrouvé avec 2 kilos de bonbons sur les bras (Les fêtes traditionnelles se perdent, aujourd'hui)) afin de m'aider mon cerveau à assimiler le flot d'informations nouvelles qui allaient se présenter en ce début d'après-midi (vous le dites si j'en fais trop, hein !). J'ouvre le premier bonbon, qui s'avère être, d'après le papier, au goût de citron. Je le pose délicatement dans ma bouche... Mes papilles gustatives sont formelles, c'est du citron (Enfin, c'est quelque chose que j'ai assimilé au goût du citron, puisque si le bonbon avait vraiment le goût du citron, je doute que je continuerai à me goinfrer avec). Deuxième bonbon, indiqué au goût d'orange, et là, rebelote, il est bien au goût d'orange ! J'en prend alors un troisième, indiqué également au citron. D'après mes deux précédentes expériences, j'espère que celui-ci sera bien au goût de citron. Mes papilles goûtent alors le bonbon, et là, quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris (Cette parenthèse est ici pour ajouter du suspens à la phrase) que le bonbon était bien au citron ! Je me suis alors dit que l'on avait frôlé l'incident diplomatique, mais mon regard se porta sur le papier du dernier bonbon ouvert... Il n'y avait pas un seul papier, mais deux : le papier était dédoublé !... (Et voilà, c'est terminé... Quelle belle aventure on vient de vivre, non ?!)