Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler des figures de style. Pourquoi vous parler de ça ? Je ne sais plus, il m'a semblé que c'était une bonne idée, tout à l'heure... En tout cas, je vais vous présenter un bon nombre de figures de style, j'espère que vous vous rappellerez de toutes, parce que je ne ferait pas ça deux fois. Je sais que c'est plutôt long et inintéressant, mais ça fera au moins plaisir à une personne, et vous apprendrez peut-être du vocabulaire (en espérant que vous vous souviendrez d'au moins 5 mots...)

Acrostiche :
C'est une figure de style assez simple.
Rarement utilisée
On peut pourtant la trouver dans des
Sonnets pour les fêtes de mères, des pères,
Tantes, oncles, grand-pères, grand-mères...
Il faut, pour obtenir un bel acrostiche,
Ce genre de configuration de texte.
Honnêtement, il faut aussi des choses à y dire
Et aussi, un peu de courage.

Allitération : A Lyon, Lille et Lens, on loue l'allitération comme la loi de la langue lyophilisée... lol !

Anacoluthe : C'est une figure de style simple et chatoyante, je ne me rappelle pas avoir changé le slogan hier, tant pis.

Anadiplose : Cette figure de style repose sur le bon usage de la fin de la phrase. Cette fin de phrase se laisse généralement reprendre au début de la phrase suivante.

Anagramme : Maman rage.

L' Anaphore :
L'anaphore, c'est une belle figure de style
L'anaphore, c'est cependant un peu répétitif
L'anaphore peut d'ailleurs devenir assez lourde
L'anaphore le devient d'ailleurs souvent quand elle est trop longue.
C'est pourquoi, il faut éviter l'anaphore
Même si l'anaphore reste très jolie.

Antanaclase : C'est une figure de style qui fait bonne figure.

Antilogie : C'est une magnifique figure de style même si, au fond, c'est vraiment une figure de style horrible.

Antiphrase : C'est, avec l'ironie, une figure de style que je ne supporte pas...

Antonomase : Figure de style pour laquelle il ne faut pas être un Harpagon des noms propres.

Aphérèse : Voici une phérèse.

Apocope : Voici une apo.

Apophatisme : Cela ne consiste pas à employer l'affirmation pour parler de quelque chose.

Apophtegme : "Parole, sentence mémorable", comme dirait Larousse.

Aposiopèse : C'est...

Archaïsme : Fi de cette figure vieillotte, elle ne sied point.

Auxèse : L'auxèse est la plus belle, la plus grande, la plus merveilleuse, la plus magique, la plus magnifique des figures de style.

Boustrophédon : Nodéhportsuob nu iciov.

Calembour : J'aime tant jouer du calembour !

Chiasme : Il est là ! Il est là, le chiasme !

Chleuasme : Je suis trop nul, je ne pourrai jamais pas vous expliquer le chlasme.

Diérèse : Voici une di-é-rèse.

Ellipse :

Enallage : C'était la figure de style qui consiste à faire des changements impromptus.

Enchâssement : C'est la figure de style qui, oups, je corrige ma faute d'orthographe, consiste à faire des insertions inopinées.

Epanadiplose : L'épanadiplose, la figure de style qui ressemble le plus à l'épanadiplose.

Epanalepse : L'épanalepse est une figure de style, une figure de style un peu répétitive.

Epanorthose : L'épanorthose est une horrible figure de style. Enfin, quand je dis horrible, je veux juste dire que c'est n'est pas la meilleur qu'il soit.

Epiphore :
Que voulez-vous que je vous dire de l'épiphore ?
Ce n'est pas vraiment compliqué de comprendre ce qu'est l'épiphore.
Un peu de répétition, et on obtient l'épiphore.
Comme l'anaphore, c'est un peu répétitif, l'épiphore.

Euphémisme : Une figure de style que j'aime un petit peu.

Hapaxépie : C'est une une haplogie.

Hendyadin : Voici un hendyadin handyadesque !

Hiatus : Figure de style découpé et écœurante.

Homéotéleute : figure pleutre et bleutée.

Hyperbate : L'hyperbate, c'est ajouter quelque chose d'incomplet à la fin de sa phrase alors que le lecteur pense qu'elle est fini, et puis.

Hyperhypotaxe : L'hyperhypotaxe, comme j'aime à le rappeler quand il fait un petit peu froid les soirs d'hiver où les jours commencent à raccourcir, consiste à rajouter dans un trop grand nombre des subordonnées qui alourdissent le texte de manière significative et visant généralement à perdre le lecteur ou a lui donner une impression de phrase pas finie, ce qui empêche le lecteur de respirer au milieu de sa phrase.

Idiotisme : Figure de style qui soulève le cœur des traducteurs

Lipogramme : Figure de style qui consiste pour l'homme de lettre (de l'Oulipo, pour l'exemple) en l'interdiction d'une lettre comme le e.

Litote : Figure de style pas tout à fait jolie.

Métagraphe : Voici un mét@graph€ !

Métaphore : Cette figure de style consiste à ouvrir une fenêtre sur l'imaginaire du lecteur.

Métonymie : Figure de style que l'on associe souvent à l'équipe de France.

Oxymoron : Voici un oxymoron cohérent.

Pangramme : Contraire du lipogramme, je suis sûr que vous parlerez sans fautes avec des pangrammes après deux bons whiskeys

Paragramme : C'est la figure de style préférée de ces hons de censeurs.

Parisose : Moi, je l'ose !

Périphrase : Effet de signification produit par une construction particulière de la langue qui s'écarte de l'usage le plus courant consistant à faire compliqué où l'on peut faire simple.

Pléonasme : Le pléonasme est redondant.

Prétérition : N'attendez pas à ce que je vous parle de la prétérition, cette figure de style qui consiste à exprimer ce que l'on dit passer sous silence.

Prolégomène : Une figure de style, c'est un effet de signification produit par une construction particulière de la langue qui s'écarte de l'usage le plus courant . On peut par exemple modifier le sens ou l'ordre des mots, jouer sur les sonorités. Certaines figures de style sont efficaces, alors que d'autres sont un peu plus lourdes à l'écrit. J'en viens donc à cette figure de style appelée prolégomène, qui consiste à faire un avant-propos bien trop long.

Prolepse : Cette figure de style consiste à répondre à des objections que l'on fait soi-même, et rien à voir avec la parano, donc ne posez pas la question !

Synchise : Cette figure de style (soit dit en passant, plutôt amusante à écrire) est plutôt à éviter - ne serait-ce que par le rallongement induit à la phrase - car elle consiste à ajouter (ou à apposer) ses petites observations personnelles (Dire que si j'avais écrit comme ça au bac, je ne l'aurais jamais eu, ça rend rêveur, finalement...) au gré du texte, entraînant un suspens (contrairement au sixième sens, où l'on sait dès le début que le mec est en fait un fantôme) assez agaçant.

Syncope : Voici une synpe

Synérèse : Voici une syn'rèse.

Tautologie : C'est une tautologie.

Zeugma : Histoire de terminer cette liste et les lecteur, voici le zeugme, qui appose sens figuré et sens propre.

(Je vous renvoie ici pour avoir la définition de certaines figures de style pas très claire, et à d'autre que je n'ai pas réussi à placer. Le premier qui réussit à me définir le palindrome en palindrome gagne un bonbon !)