Pour fêter Halloween, ouvrons les archives de mon blog... Un petit texte que j'avais écrit il y a quelques temps, et que je n'avais finalement pas posté...

L'histoire prend place dans un étrange manoir sombre dans lequelle une bande jeune avait décidé de faire une virée, un soir de fête où chacun s'était torché la gueule, mais quelque chose de bien. Très fatigués de la soirée qu'ils venaient de passer à boire, à vomir, à reboire et à revomir, les deux couples s'étaient partagés les deux chambres de ce manoir qu'ils squattaient sans raison. Pour des raisons de compréhension de l'histoire, voici les différents couples : Calista et Hamadi, Eloïse et Ian,
Au beau milieu de la nuit noire, on frappa à la porte de la chambre dans laquelle Calista et Hamadi s'adonnaient aux joies de la vie à 2. Pensant une blague de ses camarades, ils ne réagissèrent pas... Erreur fatale !
Une immense hache trancha la porte en deux. Derrière cette hache, une créature horrible, un croisement raté entre Karshuk et Nicolas Sarkozy. Des pustules purulentes recouvraient le visage décharné de l'immonde créature. Calista, dans un élan de courage héroïque, sauta par la fenêtre afin de garder la vie.
Hamadi prit lui aussi la fuite et s'enfuit par la porte de secours qui menait sur le couloir principal de la demeure. Il ouvrit la première porte qu'il trouva pour se cacher. Le lieu était étroit, une horrible odeur y régnait. Hamadi décida d'allumer la lumière, quand il reconnu la main droite de Eloïse. C'était la seule chose qu'il réussissait à distinguer sur le sol, entre ce qu'il pensait être un bout de foie machouillé et plusieurs mètres d'intestins coupés en morceaux, comme pour faire un plat grandeur nature de nouille à la bolognaise.
Hamadi préféra sortir de sa planque, quand il aperçut dans le couloir la chose s'attaquer à Ian, le petit ami de l'ex Eloïse. La reconnaissance d'Ian fut difficilie compte-tenu du fait que le corps était dépossédé de la tête, et que l'on voyait plus facilement l'intérieur de son corps que l'extérieur. En effet, on pouvait voir sortir de son torse un amalgame de divers organes qui [...]

Bon, j'arrête ici cette histoire, sinon, les gens vont vraiment croire que je suis un psychopate...

(Fin de limitation à 16 ans)