(Passons dans le vif de l'action, j'ai déjà fait l'intro hier)

Je n'aime pas le sport, c'est un fait. Mais s'il y a quelque chose que je n'aime pas, c'est bien ce ridicule sport appellé "sport national français"... Je ne parle pas des grèves de la SNCF, mais bien du football.

Le football, qu'est ce que c'est, me demanderont les gens qui viennent de sortir d'un très long coma. Le principe de ce sport est simple : on prend un grand plan de gazon ainsi que 22 guguss que l'on réparti en deux équipes de même taille, ainsi qu'un ballon. Et ensuite, on laisse les choses se faire : les guguss vont se mettre àtaper dans le ballon, voir que cela roule, et tenter d'aller le mettre dans les buts situés de part et d'autre du dit terrain.

Ca, ce sont les bases, qui sont, en soit, respectable. Arrive alors le deuxième effet kisskool : les supporters.
Qu'est ce qu'un supporter, vont encore me demander les 3 neuneus qui viennent de sortir du coma. Et bien, c'est simple ; un supporter, c'est quelqu'un qui apprécie de voir des guguss taper dans un ballon. Où est l'intérêt ? En fait, il n'y en a pas, mais sans le foot ball, les supporter ne pourrait plus vivre, étant donné que leur vie tourne autour de ce sport qu'il adoreraient faire, mais c'est quand même moins fatiguant de le regarder à la télé, voire même pire, au stade.

Comme je l'ai dit un peu plus haut, la vie du supporter tourne autour du football. Il se lève le matin dans ses drap au couleurs de son équipe (parce que pour le supporter, le club qu'il soutient est son équipe, et il en est l'entraîneur, du moins dans sa tête, mais évitons de lui casser ses rêves). Le supporter va ensuite lire ses magazines préférés : France Football, Onze Mondial, l'Equipe, va faire des blagues au sujet du PSG (car le supporter est blagueur), ou sur l'OM s'il est l'entraîneur du PSG. il va ensuite rejoindre ses amis, et parler des dernières nouvelles du foot : "- Vous avez-vu ? Michel va peut-être partir à Lens ? - Non, c'est pas peut-être, c'est sûr ! - On peut pas dire que c'est sûr, puisqu'il y a dit qu'il y avait des chances qu'il parte". Ce genre de discussion sémantique peut durer plus heures, tant le supporter aime philosopher sur le sort de ses poulains. Quand le supporter rentre chez lui le soir, il regarde le match du soir, même s'il n'y a qu'un Guingamp-Lille, puisqu'il y a deux-trois bières dans son frigo et qu'elles sont bientôt périmées. Avant de se coucher, le supporter fait une petite partie de Fifa ou ISS dernier volet (qu'il achète tous les ans), histoire d'assouvir ses fantasmes. Il termine par une prière en remerciant Zinédine de tout le bonheur qu'il a amené sur Terre.
La femme du supporter - parce qu'il a une femme - n'aime pas tellement le football. Enfin, si, elle adore le football, puisqu'elle a apprit ce que c'était en 1998. Depuis, elle arrive à tenir des discussions sur les joueurs de l'équipe de France. Du moins, sur les fesses de certains joueurs, puisque ça les change de celles de leur mari un peu trop opulantes. A par ça, elle se fout de connaître les règles du hors-jeu, puisque de toute façon, on se fiche de ce que c'est vraiment... Le supporter ne connaît pas non plus les règles du hors-jeu, mais sait déceler quand il n'y en a pas, avec la célèbre phrase : "ENCULE D'ARBITRE ! Y'a pas hors-jeu, là !"

Bref, le supporter est une espèce détestable et répugnante, et c'est pour cela que je peux aujourd'hui vous dire, sans me tromper :
Je n'aime pas le football...